dimanche 26 février 2017

Mes matins avec Carinne... et ses butternuts qui sont devenus mes butternuts farcis en gratin croquant...

Carinne Teyssandier et moi c'est une vieille histoire... enfin en fait il faudrait plutôt dire moi et Carinne Teyssandier puisqu'elle n'est même pas au courant de notre longue longue relation ! J'ai ce type de relation à travers l'écran avec elle mais aussi avec d'autres et notamment avec une plantureuse cuisinière anglaise dont je n'ai pas parlé par ici depuis longtemps, depuis trop longtemps même... Mais ça c'est une autre histoire.
Donc Carinne et moi, ça a été une grande histoire surtout pendant le temps, un temps plein de bonheurs au quotidien, où je la retrouvais ainsi que quelques autres sur Cuisine TV, cette chaîne que je pouvais suivre du matin au soir et du soir au matin. Et comme la brune cuisinière y avait alors de nombreuses heures de programmes, j'ai même entendu me dire un jour à la maison alors que je suivais je ne sais plus quelle jolie... recette, au final tu passes plus de temps avec ta Cuisine TV qu'avec moi ! je vous laisse deviner qui m'avait lancé ça... Mais j'ai bien senti alors que le sujet suivant risquait de comporter des menaces de divorce pour ces quelques minutes... ou quelques heures que je passais en sa compagnie.
Ce n'était pas forcément juste d'ailleurs, puisqu'une sorte de complot familial tendait à essayer de m'éloigner, pour des raisons plus fallacieuses les unes que les autres, de l'écran et de ma Cuisine TV !
Heureusement j'étais plus résistant et malin que ces basses manœuvres et je finissais toujours par me retrouver devant l'écran à papillonner des yeux devant Carinne et les autres, enfin devant leurs recettes...
Et puis un jour Cuisine TV s'est éteinte et je dois dire qu'à ce moment-là j'ai erré pendant quelques temps dans la maison vide à me demander ce que j'allais faire de tout ce temps... Bon comme la cuisine à peur du vide j'ai cuisiné un tout petit peu plus pour remplir ce temps libre et j'ai réussi à combler cet abandon.
Heureusement si la chaîne a disparu l'animatrice continue elle à me raconter ses recettes et je continue discrètement tôt matin à la retrouver avec toujours le même plaisir, plus court, plus rare, mais toujours donc avec le même plaisir. Et c'est comme ça que je l'ai vue préparer l'autre matin des jolis butternuts en gratin que j'ai eu vite vite envie de faire en les mettant à peine à ma sauce !
Mes butternuts farcies en gratin croquant...
Ingrédients : 2 petites courges butternuts – 120g de quinoa – 90g de fromage de chèvre frais (du type Chavroux) – 60g de parmesan – 2 petits oignons rouges nouveaux (vous pouvez aussi utiliser des oignons nouveaux pas rouges ou des cébettes, attention par contre petits les oignons) - 45g d'amandes – sel et poivre
Commencez en coupant en deux dans la longueur les butternuts, enlevez les graines puis faites-les cuire à la vapeur 20 à 25 jusqu'à ce que la chair soit bien tendre sans que les courges ne se défassent. Laissez-les tiédir, vous allez sans doute vous rendre compte que le trou où se trouvaient les graines risque d'être plein d'eau de cuisson, videz-le liquide quand les demi-butternuts seront assez tiède pour ne pas vous brûler.
Pendant la cuisson des courges, faites aussi cuire le quinoa en suivant les indications portées sur l'emballage puis égouttez-le bien.
Hachez très grossièrement les amandes et émincez en fines tranches les oignons nouveaux.
Quand la courge est tiède enlevez une partie de la chair, en gros vous laissez un centimètre d'épaisseur comme sur la photo. Attention ne creusez pas trop sinon vous risquez de percez la peau, ça ne serait pas dramatique mais le butternut risque alors de se casser quand vous allez le manipuler. Mettez la chair retirée dans un saladier puis écrasez-la grossièrement.
Ajoutez dans le saladier le quinoa, le fromage de chèvre, la moitié du parmesan et pratiquement tout l'oignon et les amandes, gardez-en juste un peu pour parsemer sur les courges juste avant de déguster. Salez légèrement et poivrez généreusement puis mélangez le tout sans trop insister.
Garnissez généreusement les butternuts avec ce mélange, généreusement !
Parsemez ensuite le parmesan restant sur les courges.
Déposez vos courges sur une plaque couverte de papier sulfurisé et enfournez dans un four préchauffé à 210° pendant une dizaine de minutes en surveillant la cuisson, il faut que ce soit joliment doré.
Au moment de servir, ajoutez les oignons et les amandes réservées et dégustez sans attendre avec une petite salade.
Si vous le souhaitez vous pouvez suivre la version de Carinne sur le replay de Télématin là : Courge butternut farcie au chèvre et gratinée
Mais pourquoi, je me demande si j'arriverai un jour à prononcer son nom normalement... le nom de Nigelaaaaaa... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 25 février 2017

Feu Vif et mes pâtes à la carbonara... Parce que le plus simple des plats peut aussi révéler quelques découvertes !

Il y a fort fort longtemps les livres des chefs étaient déjà quelquefois très beaux mais souvent très difficiles à utiliser dans une cuisine de tous les jours. Cette cuisine-là était en effet souvent trop compliquée, des fois mal expliquée et réalisée avec des ingrédients alors introuvables ou au prix d'un ou deux reins... Mais depuis, peut-être poussé par une jeune garde de chefs avec un autre état d'esprit, les choses ont bien changé et bien des recettes de chefs sont maintenant toujours aussi savoureuses mais bien bien mieux expliquées et surtout beaucoup beaucoup plus accessibles !
Du coup en voyant arriver le numéro 2 de Feu Vif, le nouveau mook de Lavazza paru chez Hachette Cuisine très judicieusement sous-titré La gastronomie inspirée et particulièrement dédié à la cuisine des chefs, pas que mais surtout, j'ai commencé à le feuilleter avec l'espoir de voir mon appétit grandir, grandir, grandir...
Bon, comme sur la couverture trônait Denny Imbroisi, un chef qui me met régulièrement l'appétit au garde à vous et qu'en feuilletant la revue j'ai aussi retrouvé Thibaud Villanova, Florent Ladeyn et la table du Café Pinson, je savais que je ne prenais pas grands risques.
Et en lisant la revue plus précisément, je me suis dit que forcément certaines recettes risquaient de me faire me lever tôt matin et coucher tard le soir pour avoir une chance de les mettre sur ma table, les pâtisseries Yannick Tranchant sont belles belles mais... enfin pour l'instant je vais me contenter de les admirer... Mais que bien d'autres réalisations, sans manquer d'originalité ni de saveurs, sont à la portée de bien des cuisiniers.
Et en feuilletant encore les pages et en avoir cornés plus d'une, je me suis arrêté sur une recette de carbonara, la carbo'tradi de Denny Imbroisi, en remarquant que ce qu'on croit savoir faire des fois... une recette que j'ai à peine mis à ma sauce...
Mes pâtes à la carbonara
Ingrédients
Pour les pâtes : 300g de farine du type 45 – 3 gros œufs – 3càc d'huile d'olive
Pour la carbonara : 8 jaunes d’œufs et 1 œuf entier – 90g de pecorino râpé – 120g de guanciale taillé en très fins copeaux (cette charcuterie italienne est issue des joues ou des bajoues du cochon et est particulièrement savoureuse et surtout est l'incontournable accompagnement des pâtes à la carbonara. Si vous voulez tout savoir sur elle je ne saurais trop vous conseiller l'article qu'Edda lui a consacré là : Guanciale) – sel et poivre
Commencez en réalisant les pâtes. Personnellement j'ai commencé par 100g de farine avant de me rendre compte que c'était bien peu pour nourrir ma tribu et donc de recommencer ensuite avec 200g de plus... Du coup tous mes visuels ont été faits avec 100g farine 1 œuf et 1càc d'huile mais ça ne change que la quantité finale de pâtes...
Versez votre farine sur une table, faites un puits au milieu de la farine et déposez-y les œufs et l'huile. Mélangez d'abord avec une fourchette puis terminez à la main. La pâte ne doit pas coller, sinon rajoutez un peu de farine, ni trop sèche sinon ajoutez un soupçon d'eau, mais vraiment un soupçon ! Il est par contre possible que la pâte au final ne soit pas totalement lisse, si ce n'est pas trop ce n'est pas grave ça va s'arranger après.
Mettez la pâte sur une assiette, couvrez-la d'un torchon et au frais une vingtaine de minutes.
Étalez alors la pâte au rouleau sur une table bien farinée. Normalement Denny Imbrosini dans sa recette étale la pâte seulement au rouleau, personnellement au bout d'un moment voyant que ma pâte... résistait et que je commençais à faiblir, j'ai sorti mon laminoir à pâtes et j'ai fini ma pâte en la passant plusieurs fois dans la machine. N'hésitez pas, si vous utilisez un laminoir vous aussi, à repasser la pâte plusieurs fois en la repliant, cassante au début ça va s'arranger au fil des passages et au 4 ou 5e c'était parfait pour moi. En plus en passant et repassant vous allez petit à petit aussi baisser l'épaisseur de la pâte pour finir bien fin.
Vous séparez donc la pâte obtenue en plusieurs larges bandes et vous les passez plusieurs fois dans le laminoir jusqu'à avoir de jolies bandes fines et régulières. Sur la photo la bande en est à son avant-dernier passage.
Ensuite vous pouvez par contre couper les pâtes au couteau, ça va plus vite. Farinez les bandes puis roulez-les et terminez en les coupant en tranches d'un bon ½ cm. Dépliez les pâtes et mettez-les en paquet, puis saupoudrez de farine et secouez un peu. Faites comme ça pour toute la pâte à... pâtes...
Fouettez alors dans un saladier 4 jaunes d'œufs et l’œuf entier, fouettez en insistant bien ! Ajoutez le 2/3 du fromage, poivrez avec générosité et mélangez.

Faites cuire les pâtes dans une grande casserole d'eau salée bouillante, ça va assez vite, 4 à 5 minutes.
Egouttez les pâtes, très rapidement ! Et gardez un peu d'eau de cuisson.
Mettez alors les pâtes dans la sauce et mélangez bien bien ! Si la sauce qui enrobe les pâtes vous semble un peu trop épaisse ajoutez 1 ou 2 càs d'eau de cuisson puis remélangez.
Servez cette merveille dans les assiettes et terminez en déposant les copeaux de guanciale, le fromage restant et un jaune d’œuf sur chaque assiette de pâtes, vous pouvez repoivrer... et surtout surtout n'attendez pas !
Mais pourquoi, et dire que j'ai failli ne même pas y goûter ! est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 24 février 2017

Salade d'agrumes croquants... parce que j'aime les salades un peu folles et surtout variées !

Quand je parle du temps d'avant, de celui des francs et quelquefois encore plus lointain de mes culottes courtes, il arrive que mes enfants lèvent les yeux au ciel en pensant tellement tellement fort ayé le vieux va nous refaire la guerre... que même un peu sourd j'entends bien ce qu'ils pensent !
Mais forcément quand tu as un peu avancé dans l'âge, tu ne peux pas t'empêcher de comparer certaines choses que tu as vécues avec celles que tu vis en ce moment, enfin vous j'sais pas mais moi je ne peux donc pas m'empêcher.
Et c'est autant pour les petites choses que pour les grandes, par contre si ça m'arrive de comparer je ne suis vraiment pas à répéter, c'était mieux avant, bien mieux ! Tout le temps, ça serait même plutôt le contraire... Moi le bon vieux temps...
Tiens, par exemple comme j'avais une envie de salade je suis allé faire un tour au coin de ma rue pour voir ce que je pourrais trouver dans cette petite boutique du bonheur pour un mangeur. Et là devant la profusion de verdures pendant que j'hésitais, j’essayais de me souvenir ce que j'aurais trouvé sur les étals d'avant... Et forcément la comparaison a été cruelle.
Parce qu'avant ça manquait quand même furieusement de couleur et dans fantaisie dans le monde des salades, pas de couleurs, pas de petites pousses, pas de... Ma mère achetait une salade tous les... elle achetait de la salade quand quelqu'un venait se perdre à notre table, autant dire que ce n'était pas souvent qu'on risquait de taquiner une limace ni donc de croquer une laitue. 
Et quand je l'accompagnais ces jours rares pour choisir sa salade, le choix se résumait à de la laitue, de la batavia et de la frisée... quand le marchand était pris d'une envie furieuse d'exotisme il avait aussi quelques romaines, mais pour le reste ça s'arrêtait là ! Alors qu'aujourd'hui je suis reparti avec petite pousses laitue rouge et Friseline croquante pour ma petite salade.
Salade d'agrumes croquants...
Ingrédients : 1 bol de laitue et autant de laitue rouge – 1bol de pousses de salades mélangées – 1bouquet de Friseline - 1 orange (de préférence sanguine) – 1 pamplemousse – 1 fruit de la passion - 2càs de graines mélangées (tournesol, courge, lin...) - 1càs de sucre en poudre – 2càs d'huile d'olive – sel et poivre
Commencez en lavant et en coupant grossièrement, seulement les plus grosses feuilles, les laitues et la Friseline, puis mélangez-les ainsi que les pousses dans un saladier.
Séparez ensuite les quartiers d'orange et de pamplemousse à vif de manière à obtenir des suprêmes, il faut donc enlever la peau entourant les quartiers d'agrumes de manière à ne laisser que la pulpe.
Ecrasez le cœur restant des agrumes pour en extraire le jus et mettez-le dans une casserole. Ajoutez la pulpe du fruit de la passion et le sucre en poudre dans la casserole et portez le tout à ébullition, baissez le feu puis laissez blobloter pendant 4 à 5 minutes. Passez le tout à travers une passoire pour recueillir seulement le jus sirupeux dans un bol. Ajoutez l'huile d'olive, du sel et du poivre et fouettez le tout.
Déposez dans une grande assiette de service la salade, parsemez par dessus les agrumes et les graines puis terminez avec la sauce. Vous n'avez plus qu'à mélanger avant de déguster !
 Je présenterais cette recette au Salon de l’Agriculture, le vendredi 3 mars à 14h : je participe à une émission de télé sur le plateau de Village Semences, le thème sera la salade !  Je mettrai le lien vers la vidéo sur ma page FB et sur le blog.
Article sponsorisé

Mais pourquoi, je me demande si pour certaines choses il y avait plus de choix qu'aujourd'hui... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 22 février 2017

Et si mon p'tit riz indien parfumé devenait presque un plat complet... Mon p'tit riz indien très parfumé à plein de choses !

Des fois quand je reviens sur une recette parce que j'arrive enfin à la refaire, j'ai forcément quelques fois d'autres envies que la toute toute première fois. Bon, je reviens rarement sur une recette et comme j'ai la mémoire d'un bulot à marée basse, même quand j'y reviens des fois je ne me souviens plus très précisément ce que j'avais fait. Enfin ça c'était avant, avant le blog, avant que tout soit écrit, tout ou presque, et que même avec ma mémoire défaillante je puisse refaire sans mal.
Et l'autre jour j'ai refait mon p'tit riz indien aux épices lors de nos ateliers consacrés à l'association SESAAM d'ailleurs si jamais vous voulez en savoir plus sur l'association vous pouvez, c'est par là : SESAAM... Et donc je me suis dit qu'en accompagnement d'un poulet au curry c'était bien, mais que si j'avais subitement envie, j'ai toujours eu l'envie subite, de ne manger que ça un soir avec une jolie salade, ça manquerait de quelques petites choses de plus... Et comme quand l'envie me prend... Il n'en fallait pas plus pour que je me jette à corps perdu ou presque dans l'aventure !
Mon p'tit riz indien très parfumé à plein de choses !
Ingrédients :  1 verre de riz basmati (j'ai utilisé un gros verre soit 240g de riz) - 1 gousse de cardamome - 1 bâton de cannelle - 1 petite étoile de badiane - 2 clous de girofle - 1càs de ghee, celui de Beena comme toujours, ou de beurre - ¼ de càc de sel – 2 ou 3 cives - 20g de raisins secs blonds – 20g de cranberries séchées – 2 ou 3càs d'amandes – 2 ou 3càs de pistaches – quelques pétales de roses séchées (facultatif) – quelques petites pousses d'oseille rouge (facultatif)
Écrasez la gousse de cardamome entière avec un rouleau à pâtisserie.
Emincez finement les cives, hachez grossièrement les raisins et les cranberries, les amandes et les pistaches, sans mélanger les fruits secs et les noix.
Dans une casserole, portez à ébullition 2 verres d'eau avec les épices.
Dans une autre casserole, faites chauffer le ghee ou le beurre à feu moyen.
Lorsque le ghee ou le beurre est chaud, ajoutez le riz avec le blanc de la ciboule et faites-le cuire 1 minute en remuant constamment jusqu'à ce qu'il soit transparent.
Versez l'eau sur le riz avec les toutes épices et salez.
Couvrez la casserole et laissez cuire en remuant de temps en temps, jusqu'à évaporation complète de l'eau (20 minutes environ).
Quand le riz est cuit, ajoutez les raisins et les cranberries, mélangez et laissez reposer 1 ou 2 minutes avant de servir.
Servez le riz dans les assiettes et terminez en parsemant dessus, le vert de la cive, les amandes et les pistaches et éventuellement les pétales de rose et les pousses d'oseille rouge.
Avec une petite salade c'est finalement parfait pour un diner tout léger et parfumé !
Mais pourquoi, bon et le curry de poulet je le laisse comme ça... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 20 février 2017

Audrey cuisine et j'aime ça ! Son dernier livre et son beurre de pomme à ma façon... Mon beurre de pomme à la framboise !

J'ai quelques bonnes adresses sur la toile où je sais que quand je vais chercher un bon p'tit plat aussi simple que bien fait je ne peux pas tromper. Et parmi ces adresses-là, il y a depuis fort fort longtemps la P'tite Cuisined'Audrey, une cuisine où je sais que je vais trouver des recettes aussi savoureuses qu'inratables à moins de s'attacher les deux mains dans le dos et encore !
En plus, comme j'ai la chance de rencontrer la cuisinière bordelaise de temps en temps, j'apprécie aussi qu'elle n'ait pas changé depuis... bon ça date pas d'hier puisque nous avons ouvert nos blogs pratiquement en même temps... Audrey reste Audrey, amicale et souriante et ça aussi c'est bien agréable.
Et régulièrement Audrey écrit des livres,je vous avais déjà parlé par ici de La cuisine étudiante et de 30 jours pour devenir un cordon-bleu, deux de ces précédents ouvrages. Et maintenant voilà qu'arrive son petit dernier, bon il est déjà arrivé il y a quelques temps, mais comme c'est un livre qui va durer longtemps d'après moi, il n'est jamais trop tard pour en parler. 
Son tout dernier paru aux éditions Studyrama a un petit goût déjà connu pour ceux qui, comme moi, passent par sa cuisine assez régulièrement, puisqu'il s'intitule Le meilleur de Ma P'tite Cuisine et que l'on y retrouve donc toutes les recettes qu'on a aimées sur son blog.
J'ai toujours aimé retrouver certaines recettes de mes blogs préférés sur des pages papier parce que le plaisir n'est pas le même, le plaisir du papier, l'odeur des pages... on se refait pas ! De plus Audrey a choisi de se faire accompagner aux photos par Nathalie, une autre connaissance que l'on retrouve avec plaisir quand on fréquente le monde des blogs et son Cuisiner tout simplement... une autre de mes bonnes adresses donc !
Alors si vous aussi vous aimez comme moi la cuisine simple mais surtout pas simplette, aussi savoureuse qu'inratable je pense que vous pourriez passer de très bons moments en compagnie de ce livre, en tout cas pour moi c'est le cas !
Et pour illustrer cet article, je n'ai pas eu envie d'extraire une recette du livre, je vous laisse les découvrir, j'ai préféré une des recettes récentes d'Audrey, une de celles qui m'a fait tout de suite de l’œil, son beurre de pommes que j'ai à peine remise à ma sauce.
Mon beurre de pomme à la framboise !
Ingrédients : 3 belles pommes plutôt acidulées et surtout pas farineuses – 60g de beurre – 10cl de sirop d'érable – 1càs de sucre d'érable en poudre ou de sucre roux en poudre – 2càs de jus de citron – ½ gousse de vanille - 6 grosses framboises ou 2 ou 3 de plus si elles sont petites 
Pelez les pommes puis coupez-les en morceaux assez petits et arrosez-les sans attendre du jus de citron.
Versez ensuite dans une petite casserole les pommes citronnées, le beurre en morceaux, le sucre d'érable et le sirop, et les grains de la gousse de vanille.
Audrey a réalisé sa recette grâce à un robot cuiseur mais à la casserole ça le fait aussi.
Ensuite c'est tout simple vous portez à ébullition, vous baissez bien le feu et vous laissez blobloter tout doucement pendant 35 à 40 minutes en remuant, remuant, remuant souvent.
10 minutes avant la fin de la cuisson mettez les framboises dans une passoire au dessus de la casserole et pressez-les bien avec le dos d'une cuillère pour faire tomber la pulpe dans la casserole en gardant les grains dans la passoire. Et vous finissez la cuisson pendant 5 à 10 minutes.
A la fin il reste très peu de liquide.
Vous n'avez plus qu'à mixer avec un mixer plongeant directement dans la casserole que vous aurez enlevée du feu. Insistez bien pour avoir un beurre bien lisse.
Mettez en pots, ça fait juste deux petits pots comme celui en photo, donc prévoyez d'en refaire très vite !
Mais pourquoi, tiens ça me rappelle un beurre de pêches ça... bientôt ! est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 19 février 2017

Confort food à l'autrichienne pour se réconforter très très fort ! Mon Kaiserschmarrn framboises et cerises amarena !

Quand je suis en train de préparer un prochain livre, j'ai tout du castor frénétique qui, les pieds dans un torrent, se rend compte qu'il est entouré d'une jolie forêt de pins... Tant qu'il en reste un debout il ne s'arrête pas ! Lui c'est les pins, moi c'est les recettes, tant qu'il en reste une je ne m'arrête pas non plus. Et aussi tout comme lui devant son barrage, moi devant un livre enfin bouclé, je le regarde avec un poil d'émotion et subitement une question me prend à la gorge, et maintenant que vais-je faire ! 
Ben, oui parce c'est bien beau de construire un barrage ou un livre mais après d'un coup tu as l'impression qu'un vide intersidéral t'entoure... enfin en attendant que tu attaques le prochain barrage.
Et aujourd'hui voilà que j'ai refermé la dernière page de p'tit prochain qui va faire chauffer les planchas au rouge cet été et d'un coup la tension est tombée, et moi avec, comme un soufflé et je me suis retrouvé sur mon canapé à me gratter la barbe en me disant et maintenant... Bon, je n'ai pas mis longtemps à répondre à cette question là, d'un et ben j'vais cuisiner un p'tit truc pour me remettre de tout ça, quelque chose pour se réconforter très très fort, mon castor et moi...
Et après avoir cherché, pas longtemps d'ailleurs, je suis tombé sur une étonnante recette de crêpe autrichienne, épaisse, légère, onctueuse... J'ai senti en entendant la queue de mon castor frapper le sol que nous tenions notre recette, j'allais préparer un Kaiserschmarrn !
Mon Kaiserschmarrn cranberries framboises et cerises amarena !
Ingrédients : 4 œufs, blancs et jaunes séparés – 120g de farine – 40g de beurre – ½ càc de levure chimique – 20cl de lait – le zeste râpé très finement d'1/2 citron – 50g de cranberries – 120g de framboises – 6 cerises amarena et 2càs de jus – du sucre glace
Commencez en mettant à tremper les cranberries dans un bol d'eau tiède.
Mettez dans un saladier les jaunes d’œufs, la farine, la levure, le lait et le zeste de citron et fouettez le tout en insistant bien.
Fouettez les blancs d’œufs en neige puis incorporez-les à la pâte, vous allez donc obtenir une pâte toute légère et aérée.
Egouttez les cranberries puis séchez-les bien.
Faites chauffer la moitié du beurre à feu assez doux dans une grande poêle ou une grande sauteuse et versez-y la moitié de la pâte puis parsemez dessus la moitié des cranberries.
Couvrez le tout et laissez cuire environ 5 minutes. Contrôlez de temps en temps que ça ne colore pas trop fort dessous et dès que le dessus de la crêpe commence à prendre retournez la. Comme la crêpe n'est pas encore totalement cuite je vous conseille de la couper en quatre pour vous faciliter le retournage et surtout ne vous inquiétez pas si ça casse un peu de toute manière vous allez casser la crêpe en petits morceaux ! En tout cas dès que vous l'avez retournée à l'aide de deux fourchettes découpez-la en petits morceaux et terminez ensuite la cuisson assez rapidement. Elle doit être dorée dehors mais pas sèche dedans, donc n'insistez pas.
Versez le contenu de la poêle dans une assiette et faites de même avec la deuxième moitié de la pâte et ajoutez-la dans votre assiette.
Là il ne vous reste plus qu'à répartir les framboises et les cerises dessus, à poudrer très très généreusement de sucre glace et à arroser le tout avec le sirop des cerises. Après installez-vous avec votre castor et dégustez votre Kaiserschmarrn en vous disant que le prochain barrage peut bien attendre un peu... un peu...
Mais pourquoi, bon et maintenant un p'tit livre sur les soupes... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 16 février 2017

Et si vous veniez vous amuser, cuisiner, manger... samedi avec nous  ! Venez faire un p'tit curry de poulet à l'indienne et un riz indien aux épices avec moi !

Samedi prochain, donc le 18 Février, nous allons nous réunir, une jolie bande de blogueuses et de blogueurs aussi amicaux qu'affamés, autour de l'atelier 750g 60 Rue du Faubourg Poissonnière pour nous amuser, cuisiner et manger ! Et nous vous proposons de vous joindre à nous pour en faire autant !
Et comme en plus c'est pour une bonne cause... puisqu'il s'agit de soutenir l'association SESSAAM, une association qui espère notamment grâce à cette journée financer les études supérieures de 5 jeunes malgaches du Centre Akany Avoko Ambohidratrimo, n'hésitez pas, les portes seront grandes ouvertes et si vous voulez connaître le programme et les tarifs des festivités tout est sur le site de l'association là : A samedi avec SESAAM !
Et donc si l'aventure vous tente, vous pourrez entre autre venir participer à un petit cours de cuisine en ma compagnie, n'hésitez pas à regarder le programme il y a bien d'autres cours et bien d'autres festivités au menu, nous cuisinerons ensemble un p'tit curry de poulet à l'indienne et un riz indien aux épices que nous dégusterons bien sûr ensuite ! Alors à samedi !
Et en attendant voilà les recettes que nous préparerons ensemble...
P'tit curry de poulet à l'indienne et riz indien aux épices...
Pour le p'tit curry de poulet à l'indienne
Ingrédients : 4 beaux blancs de poulet - 1 petite botte d'oignons nouveaux - 20g de beurre -  1càs de curry en poudre - 1càc de graines de coriandre - 1càc de graines de  fenouil (vous pouvez aussi utiliser du cumin ou du carvi) - 1 petite poignée de feuilles de curry (facultatif) - 1 boîte de lait de coco - 2càs d'amandes effilées légèrement grillées - 1 petit bouquet de coriandre - sel
Coupez les blancs de poulet en petits cubes.
Emincez le blanc des oignons nouveaux.
Faites dorer les deux graines dans une poêle bien chaude, versez-les dans un pilon puis écrasez-les grossièrement. Ajoutez-les au curry.
Mettez le beurre dans une poêle et faites y dorer doucement les oignons et les feuilles de curry. Quand les oignons commencent à peine à dorer retirez-les du feu.
Passez à feu vif, mettez le poulet dans la poêle et dorez-le de tous les côtés.
Ajoutez alors 1càs à soupe du mélange d'épices, salez et mélangez bien. Ajoutez les oignons et les feuilles de curry, remuez bien.
Versez le lait de coco et laissez blobloter jusqu'à ce que le poulet soit à point, n'insistez pas trop sinon le poulet va se dessécher.
Pour le riz indien aux épices
Ingrédients :  1 verre de riz basmati - 1 gousse de cardamome - 1 bâton de cannelle - 1 petite étoile de badiane - 2 clous de girofle - 1 cuillerée à soupe de beurre -¼ de càc de sel
Écrasez la gousse de cardamome entière avec un rouleau à pâtisserie.
Dans une casserole, portez à ébullition 2 verres d'eau avec les épices.
Dans une autre casserole, faites chauffer le beurre à feu moyen.
Lorsque le beurre est chaud, ajoutez le riz et faites-le cuire 1 minute en remuant constamment jusqu'à ce qu'il soit transparent.
Versez l'eau dans le riz l'eau avec les toutes épices et salez.
Couvrez la casserole et laissez cuire en remuant de temps en temps, jusqu'à évaporation complète de l'eau (20 minutes environ).
Dressage des assiettes :
Dans des assiettes creuses faites une couronne de riz et placez le poulet au centre. Juste avant de servir ajoutez les amandes effilées, les feuilles de coriandre grossièrement déchirées et un peu de mélange d'épices restant à votre goût.
Mais pourquoi, bon samedi c'est juste après-demain alors vite vite à vos agenda... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 15 février 2017

Gâteau d'anniversaire aux barres chocolait sans gluten parce qu'un anniversaire aussi ça peut être sans gluten !

Les problèmes d'allergie peuvent rendre les repas de certains bien difficiles... Parce qu'il n'est pas toujours évident de penser à tout et de ne pas oublier tel ou tel détail, de se rendre compte par exemple qu'on est en train de fariner un moule pour faire un gâteau sans gluten ! Et pourtant on croyait avoir pensé à tout...
Du coup quand Gerblé m'a proposé de préparer un joli gâteau avec leurs barres chocolait, je me suis dit facile facile, armé que je croyais être de ma vigilance ! Et pourtant...
Je me suis donc mis à pâtisser joyeusement jusqu'au moment ou une petite voix m'a demandé, dis ton gâteau tu es en train de mettre quoi dedans ? C'est à ce moment-là que j'ai arrêté de mettre de la farine dans mon gâteau et que je me suis dit que j'allais faire autrement...
Gâteau d'anniversaire aux barres chocolait sans gluten
Ingrédients : paquets de barres chocolait Gerblé sans gluten (soit une quinzaine de sachet de deux barres) – 200g de chocolat noir – 200g crème liquide entière – 5 œufs – 120g de fleur de maïs Maïzena – 75g de sucre en poudre
Commencez en réalisant les gâteaux qui vont servir de base et qui sont en fait des gâteaux de Savoie.
Séparez les œufs et mettez les jaunes dans un saladier avec le sucre en poudre. Fouettez bien bien les jaunes et le sucre jusqu'à ce que le tout blanchisse et soit bien mousseux. Ajoutez ensuite la Maïzena tamisée et mélangez délicatement à la maryse.
Fouettez les blancs en neige bien ferme, ajoutez-en un tiers dans la préparation précédente et mélangez vivement puis ajoutez le reste en mélangeant cette fois délicatement.
Versez la moitié de cette préparation dans un moule à manqué beurré et fariné (attention on farine à la Maïzena!) d'environ 14cm de diamètre (si vous utilisez un moule plus grand pensez surtout à prévoir plus de barres chocolait) et enfournez dans un four préchauffé à 150° pendant environ 30 à 35 minutes.
Laissez ensuite tiédir le gâteau et démoulez-le sur une plaque couverte de papier sulfurisé légèrement farinée (encore une fois attention pas de farine!). Recommencez l'opération avec la deuxième moitié de la pâte. Si vous avez deux moules à manqué de la même taille vous pouvez bien sûr faire cuire vos deux gâteaux en même temps.
Pendant la cuisson du premier gâteau préparez la ganache. Cassez le chocolat en morceaux et mettez-le dans un petit saladier. Portez la crème liquide à ébullition au micro-ondes puis versez-la sur le chocolat. Couvrez le tout d'une assiette, laissez comme ça pendant 3 minutes puis fouettez. Si le chocolat n'a pas complètement fondu passez le tout quelques secondes de plus au micro-ondes. Mettez la ganache au frais.
Quand vos deux gâteaux sont froids, important bien froids ! Découpez le sommet des deux, enlevez juste la partie arrondie et vérifiez en les posant l'un sur l'autre que vous êtes à la bonne auteur par rapport aux barres et ajustez en enlevant une fine tranche de plus si c'est trop haut, mais ça ne devrait pas être nécessaire.
Sortez la ganache du frais et tartinez généreusement les deux parties coupées des gâteaux puis collez-les ensemble, donc les deux parties coupées sont au centre.
Déposez ce gâteau sur une assiette et tartinez maintenant tout aussi généreusement le dessus et les côtés. Collez ensuite les barres chocolait sur les côtés, insistez bien ! Si vous le faites à 4 mains c'est plus facile. Mettez une jolie ficelle autour pour maintenir le tout.
Comblez éventuellement les trous qui peuvent rester sur le sommet entre les barres et le gâteau et faites le dessus joli avec le dos d'une cuillère.
Ensuite au frais le temps que la ganache termine de durcir, une paire d'heures c'est bien.
Il ne vous reste plus qu'à saupoudrer un peu de sucre glace si vous voulez et à planter les bougies !
Vous pouvez, si vous le voulez, retrouver des infos sur les produits sans gluten Gerblé sur sa page Facebook : Gerblé Sans Gluten et Sans Souci et bien sûr aussi sur son site : Gerblé sans gluten
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon et maintenant si je m'attaquais aux recettes sans produits laitiers... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 14 février 2017

Œufs brouillés en coquille aux deux truites parce qu'on peut faire bon et s'amuser en même temps !

Depuis que je cuisine... enfin depuis que je cuisine beaucoup surtout, j'ai remarqué que mes enfants se demandaient régulièrement si j'avais l'âge de mes artères. Quand je m'amuse en cuisine, je sens bien dans leurs regards  qu'ils se demandent si finalement, dedans, le plus jeune est vraiment celui qu'on pense.

Bon heureusement ils semblent avoir accepté cet état d'esprit plutôt juvénile, de me voir ne pas me prendre au sérieux quand je cuisine et m'amuser, m'amuser, m'amuser ! Du coup en réfléchissant à ce que je pourrais faire avec les produits Ovive, la truite qui signe son origine, pour ma deuxième recette, je me suis forcément dit que s'amuser...
Et finalement je me suis donc lancé dans une recette aussi crémeuse que parfumée où la truite fumée et les œufs aussi de truite de la marque, se retrouvent associés à d'autres œufs, eux de poulette, dans une présentation...
Œufs brouillés en coquille aux deux truites
Ingrédients : 8 œufs - 60 g de truite fumée Ovive hachée finement au couteau - 6 c. à café d'œufs de truite Ovive - 2 càs de crème liquide entière - 20 g de beurre - 1 tige de cerfeuil effeuillé - Poivre du moulin
Ôtez le haut de la coquille de six œufs (je vous conseille d’utiliser pour ça un toqueur à œuf), réservez leur contenu dans un bol et ajoutez le contenu des 2 œufs restants. Lavez délicatement les coquilles, puis séchez-les.
Fouettez les œufs, faites fondre le beurre dans une poêle et faites-les cuire 5 à 6 minutes avec la moitié de la truite à feu assez doux en remuant régulièrement, poivrez (attention les œufs doivent rester très baveux !).
Versez le contenu de la poêle dans le bol d'un mixer, ajoutez la crème puis mixez finement, insistez bien.
Versez une grosse cuillère à café de ce mélange dans le fond de chaque œuf, ajoutez une couche de truite fumée puis recouvrez avec le reste des œufs brouillés.
Dressez dans des coquetiers, et versez 1 cuillère à café d’œufs de truite par dessus, parsemez de cerfeuil et servez.
Vous pouvez découvrir la gamme Ovive, une gamme variée aux provenances de nos régions riches et variés, mais aussi comportant différents modes de présentation et d'assaisonnement pour vous faciliter la dégustation et la cuisine et une très jolie gamme bio, sur leur site par là : Ovive ou sur la page Facebook de la marque par ici : Ovive
Article sponsorisé 
Vous pouvez retrouver ma première recette en cliquant simplement sur le visuel ci-dessous !
http://doriannn.blogspot.fr/2017/02/veloute-de-chou-fleur-aux-deux-truites.html
Mais pourquoi, finalement je me demande si ce sont les œufs qui sont les plus toqués... est-ce que je vous raconte ça...